Shadowrun - Loi et Amendes

Imprimer
Catégorie : Shadowrun
Mis à jour : lundi 27 janvier 2020 Écrit par Lacrypte

Un article sur les peines et amendes encourues selon les types de délits, tiré d'un supplément SR4.

Il ne fait aucun doute que la prolifération rapide de matériel de haute technologie a créé un potentiel important d’utilisation abusive de ce matériel et de cette technologie. Afin de réduire les risques d’utilisation abusive et d’atténuer les conséquences dans toutes les autres situations, des lois limitant la disponibilité et régissant le contrôle et le développement de technologies sensibles ont été adoptées.

Les lois et leur application réglementée sont nécessaires pour promouvoir une société forte et stable. Seule une société forte et stable, cependant. peut espérer maintenir un système judiciaire juste et judicieux sous quelque forme que ce soit. Bien que le cadre juridique régissant la prolifération technologique existe dans de nombreuses régions du monde. plusieurs gouvernements ont souffert (et certains le sont encore) de troubles économiques, politiques et biologiques. La récupération est lente et incomplète dans de nombreuses communautés, ce qui rend difficile l’imposition de restrictions légales cohérentes sur les choses. Il n’est pas rare d’entendre que les lois et le niveau d’application diffèrent légèrement d’un comté à l’autre. ou même de secteur en secteur dans la même ville.

Disponibilité

La première façon pour un gouvernement de contrôler la prolifération technologique consiste à imposer des restrictions à ceux qui peuvent fabriquer et posséder un tel équipement. Les règles de Shadowrun reflètent cette restriction en attribuant un code de disponibilité à chaque équipement.

La disponibilité est une évaluation en deux parties, représentant une combinaison de plusieurs facteurs, tous liés à la difficulté d’obtenir l’article. Le premier numéro du code est un index des éléments disponibles en disponibilité brute. Plus le nombre est élevé, plus il est difficile de trouver l'équipement.

À chaque fois qu'un personnage souhaite acheter des produits soumis à des restrictions ou à des technologies de pointe, il doit d'abord localiser une source, puis faire un test par rapport à une compétence sociale se l'approprier telle que Corruption, Etiquette, Négociation, etc. La compétence exacte utilisée dépend de la situation, avec le chiffre du code de disponibilité comme niveau de difficulté. La deuxième partie du code de disponibilité représente le temps de base nécessaire au personnage pour obtenir l'objet. Si le personnage qui tente l'achat réussit le test de compétence sociale, il peut appliquer tout succès supplémentaire pour réduire le temps de base nécessaire à l'acquisition. Par exemple, un personnage avec Negotiation 4 souhaite acheter un article avec un code de disponibilité de 5/10 jours. Son test de compétences soclal donne deux succès, ce qui indique que sa source a localisé l’objet, mais qu’il aura besoin de cinq jours pour l’obtenir en stock.

Les permis de possession et de transport peuvent être obtenus de la même manière pour obtenir un objet, c'est-à-dire, si l'individu peut justifier le besoin d'une telle licence. Un «P» dans le code de disponibilité indique qu'il est possible d'obtenir une autorisation pour l'objet (par exemple, 4P / 6 heures). Pour représenter les difficultés inhérentes à l'obtention de permis pour un équipement restreint, ajoutez +2 au nombre cible de disponibilité lors de la réalisation du test de réussite nécessaire pour l'achat de permis. Autrement dit, si le code de l'article est 4P / 1 semaine, utilisez une difficulté de 6 pour calculer la disponibilité des licences et une difficulté de 4 pour calculer la disponibilité de l'article lui-même. Sauf indication contraire, le prix de la plupart des permis correspond généralement à 5% du prix de vente de l'article pour autorisation de possession et à 10% du prix de vente pour autorisation de possession et de transport (dans les deux cas, arrondie au nuyen le plus proche).

L'achat d'objets restreints par des canaux légitimes nécessite généralement la présentation d'une licence ou d'un permis valide. Sans permis, la seule source d’équipement restreint est la rue ou le marché noir. Il est possible d’obtenir des autorisations par les canaux de la rue (mais à des prix de rue plus élevés).

Les permis sont annuelles et renouvelables (si le renouvellement peut être justifié) sans nécessiter un test de disponibilité si les frais de permis sont payés avant l’expiration de la licence initiale. Dans de nombreux cas, les agences gouvernementales, certains titulaires de licence gouvernementales et les agences de sécurité et de maintien de l'ordre enregistrées sont exemptées de la nécessité d'acheter des permis. Ils doivent toutefois présenter leurs lettres de créance chaque fois que cela leur est demandé. Les articles qui sont entièrement légaux ne nécessitent pas de permis, bien que des agences enregistrées puissent acquérir des licences pour du matériel pour lequel aucune licence standard n’est disponible.

Les articles sont généralement plus faciles à trouver dans la rue et au marché noir. Lors de l'achat de telles sources, appliquer le multiplicateur de rue, mais soustrayez -2 au code de disponibilité. Dépenser de l’argent supplémentaire peut réduire davantage la difficulté d’acquisition et le temps d’attente requis. Pour chaque tranche supplémentaire de +25% du prix d'achat (c.-à-d. Ajustement du prix dans l'indice de la rue) dépensé, réduisez le nombre cible de disponibilité de -1 (mais jamais inférieur à un nombre cible 2) et réduisez le délai requis de -20% (cette réduction est effectuée avant le test de disponibilité réel).

Les tests de disponibilité ne sont effectués que si la source est disposée à transporter ou à clôturer l'élément demandé. La plupart des réparateurs et des sources de la rue évitent les articles dont le code de disponibilité est trop élevé ou qui sont manifestement et grossièrement illégaux (par exemple, armes bactériennes, armes militaires tactiques, etc.).

LÉGALITÉ

L’introduction brutale de nouvelles technologies a entraîné les récents changements et ratifications de la structure juridique existante en matière d’équipement et de comportement illégal. Ces modifications élargissent généralement la liste des éléments considérés comme étant à accès restreint et révisent la liste des amendes et des peines d'emprisonnement qui en résultent.

Pour résumer les conséquences juridiques de la déclaration de culpabilité de possession d'un objet faisant l'objet de restrictions, Shadowrun utilise la classification de légalité. L'indice de légalité est un code en deux parties. Le premier nombre représente la sévérité de la restriction: plus le nombre est bas. plus le niveau de restriction est élevé. Dans toute rencontre fortuite avec des responsables de l’application des lois ou avec un personnel de sécurité habilité à agir en tant que tels, utilisez ce numéro comme numéro cible par rapport à la compétence de l’agent en matière de sécurité ou de procédures de police (dans toute rencontre de poursuites. On suppose que les considérez les délinquants comme dangereux sauf s’ils sont motivés ou informés.) Dans la plupart des cas, ce test n’est nécessaire que si l’agent en charge soupçonne la présence d’objets interdits ou reconnaît / identifie visuellement des objets interdits (l’agent doit effectuer un test de perception si le Les articles sont cachés). Si le test de réussite des procédures de sécurité ou de police échoue, l'agent ne remarque aucune irrégularité. Avec un succès, l'agent est conscient de la situation, mais ne fera pas l'effort d'arrêter le délinquant (même s'il émettra probablement un avertissement). Tout succès supplémentaire indique que l’agent insistera sur la question, c’est-à-dire demandera à la personne de présenter un permis (le cas échéant) ou de tenter de l’arrêter. La sévérité de la restriction est souple et très relative, fluctuant d’un secteur à l’autre. en fonction du niveau d'application. Dans les zones à faible niveau d'application, le nombre cible de restrictions peut être augmenté jusqu'à +3 (presque tout le monde regarde de l'autre côté). À l'inverse, dans les zones très strictes, le nombre cible peut chuter jusqu'à -3 (mais jamais moins d'un nombre cible 2).

La deuxième partie de l'évaluation de la légalité répertorie la catégorie de restriction dans laquelle l'objet tombe (voir ci-dessous pour plus de détails).

En règle générale, l’évaluation de la légalité fait référence à la norme normale Seattle / UCAS. La légalité de l’article peut varier d’un pays à l’autre. mégacorporations extraterritoriales. Ce qui est illégal dans UCAS peut simplement être contrôlé à Mitsuhama. Voir juridiction. page 106. pour plus d'informations.

 Objets restreint

Tous les articles restreints sont divisés en catégories représentant des types d’articles similaires. Chaque catégorie est représentée par un code de lettre. Vous trouverez ci-dessous une liste de catégories et d’exemples d’éléments inclus dans chacune d’elles.

Catégorie A: Arme à petites lames Cela inclut toute arme à main tranchante, à main (y compris les armes Impromptu) avec un tranchant de moins de 18 centimètres de long.
Catégorie B: Arme à grandes lames Cela inclut toutes les armes à main tranchantes (y compris les armes Impromptu) avec un tranchant de plus de 18 centimètres de long. Cette catégorie comprend également les axes. armes polaires et armes à lame cybernétique (rasoirs et éperons). Les permis pour les armes de cette catégorie coûtent 100Y pour la possession. 250Y pour le transport.
Catégorie C: Arme contondante Ceci inclut toute arme à main non tranchante (y compris les armes impromptues). Cette catégorie comprend les clubs. les barons. et toutes les armes de choc (gants et matraques de choc).
Catégorie D: Arme de projectile Cela inclut toute arme spécialement conçue pour le lancer. et toute arme à distance musclée ou mécanique (lances, arcs et arbalètes). Les permis pour les armes de cette catégorie coûtent 125 $ pour la possession et 300 $ pour le transport.
Catégorie l: pistolet Cela inclut tout pistolet revolver ou semi-automatique, quel que soit son calibre. Les permis pour les armes de cette catégorie coûtent 200 $ pour une possession 600 $ pour un transport.
Catégorie f: fusil Cela inclut tout fusil à action unique ou fusil à action manuelle (quelle que soit la longueur du canon). Les permis pour les armes de la catégorie 1 coûtent 300Y pour la possession, 600Y pour le transport.
Catégorie G: Arme automatique Cela inclut toutes les armes dont la cadence de tir est supérieure à un par tir (comprend tous les fusils d'assaut, les pistolets mitrailleurs et les mitraillettes). Des licences spéciales sont disponibles pour les agences de sécurité et les forces de l'ordre légitimes et enregistrées.
Catégorie H: Arme lourde Cela inclut tous les canons, mitraillettes. et d’autres armes de gros calibre. Des licences spéciales sont disponibles pour les agences de sécurité et d’application de la loi légitimes et enregistrées.
Catégorie I: Explosifs Ceci inclut tous les explosifs, y compris les charges propulsées (HE) ou de démolition. Des licences spéciales sont disponibles pour les agences de sécurité et de maintien de l'ordre légitimes et enregistrées.
Catégorie J: Arme militaire Cela inclut toute arme de grade militaire / émise, non spécifiquement couverte par d'autres catégories. Des licences spéciales sont disponibles pour les agences de sécurité et de maintien de l'ordre légitimes et enregistrées.
Catégorie K: Armure militaire Cela inclut toute armure (partielle ou totale) destinée à l'application de la loi. Les travaux militaires ou de sécurité. Des licences spéciales sont disponibles pour les agences de sécurité et les forces de l'ordre légitimes et enregistrées.
Catégorie L: munitions militaires Cela inclut toutes les munitions à usage spécial (APDS, FL, etc.) destinées à des fins de maintien de l'ordre, militaires ou de sécurité. Des licences spéciales sont disponibles pour les organismes de sécurité et les services répressifs légitimes et enregistrés.
Classe A Bioware (BA) Ceci inclut tous les bioware de nature parajuridique. y compris les compensateurs de dommages. Orthoskin, éditeurs de douleur et amortisseur de traumatismes. Les permis sont disponibles (seulement la possession requise).
Bioware de classe B (BB) Cela inclut tous les bioware désignés pour l'application de la loi. travail militaire ou de sécurité. Cela inclut la pompe surrénale, l'augmentation musculaire, les suprathyroïdes, les accélérateurs synaptiques et les exhalateurs de toxines. Des permis sont disponibles (seulement la possession requise, mais le coût est de 10% du prix de vente),
Classe C Bioware (BC) Ceci inclut tous les bioware de qualité militaire. y compris la pompe surrénalienne 2, l'augmentation musculaire 3 (et les versions supérieures) et l'accélérateur synaptique 2, des licences spéciales sont disponibles pour les organismes de sécurité et de maintien de l'ordre légitimes et enregistrés.
Classe CA: Cyberware de classe A Cela inclut tous les cyberwares de nature parajuridique. Cela inclut la couche osseuse (plastique), le circuit de cryptage HD, le placage cutané, les masques de voix internes. liens smartgun. et les installations de contrôle des véhicules, des permis sont disponibles (seule la possession est requise).
Catégorie CB: Cyberware de classe B Cela inclut tous les cyberwares conçus pour le travail de maintien de l'ordre, militaire ou de sécurité. Cela comprend le laçage des os (aluminium). réflexes boostés, remplacement musculaire. porteuse de programme, disjoncteur HD, ordinateur tactique de niveau 1 et réflexes câblés. Des permis sont disponibles (seule la possession est requise, mais coûte 10% du prix de vente).
Catégorie CC: Cyberware de classe C Cela couvre tous les cyberwares de niveau militaire, y compris les lacets en os (titaniurn) et les bombes à cortex. cyberdecks crâniens, cyber-armes, remplacement musculaire de niveau 3 (et supérieur), ordinateur tactique de niveau 2 (et supérieur) et réflexes câblés de niveau 3. Des licences spéciales sont disponibles pour les agences de sécurité et les forces de l'ordre légitimes et enregistrées.
Catégorie CD: Classe D Matrlx Technology Cela inclut les cyberdecks non enregistrés et le logiciel du programme Matrix. Des licences spéciales sont disponibles pour les agences de sécurité et de maintien de l'ordre légitimes et enregistrées.
Catégorie E1: Equipement de classe A Cela comprend tout l'équipement de nature parajuridique, y compris les brouilleurs et les microphones laser. Les permis sont disponibles (seulement la possession requise).
Catégorie E2: Equipement de classe B Cela couvre un équipement destiné aux forces de l'ordre. Travaux militaires ou de sécurité, y compris le briseur de code de données, les tap ents de dataline, les clés maglock et les identificateurs vocaux. Des permis sont disponibles (seulement la possession requise, mais le coût est de 10% du prix de vente).
Catégorie E3: Equipement de classe C Cela comprend tout l'équipement de qualité militaire. Des licences spéciales sont disponibles pour les agences de sécurité et les forces de l'ordre légitimes et enregistrées.
Catégorie M1: Classe A contrôlée Cela comprend les produits chimiques et pharmaceutiques contrôlés.
Catégorie M2: Classe B contrôlée Cela comprend les composants électroniques neuronaux contrôlés (BTL et hyperslm).
Catégorie M3: Classe C contrôlée Cela inclut les agents de guerre microbiologique.

INFRACTIONS PÉNALES

Les infractions liées aux armes et à l’équipement varient de la simple possession à l’utilisation intentionnelle. Ces infractions sont classées sous le numéro. Lorsqu'un individu est accusé d'une infraction liée à une arme ou à un équipement, le code utilisé pour désigner l'infraction est la classification de l'arme suivie du numéro d'infraction. Par exemple, l'utilisation d'un fusil d'assaut constituerait une infraction G4. Les infractions relatives aux armes et à l’équipement sont énumérées ci-dessous.

Possession (1)

 

Posséder ou transporter du matériel ou des armes à accès restreint.

Transport (2)

 

Le fait de porter ou de transporter lesdits objets, de l’éther sur sa personne ou dans un véhicule.

Menace (3)

 

Le fait de brandir une arme en public, que l'arme soit utilisée intentionnellement ou non comme une menace (le fait de porter une arme visible de l'extérieur, comme un pistolet coincé dans une ceinture, est considéré comme une menace).

Utilisation (4)

Utilisation de toute arme contre des cibles vivantes, des propriétés publiques ou privées, et toute utilisation à proximité de cibles vivantes, de propriété publique ou privée. Cette infraction ne concerne que l’usage effectif, pas le préjudice (ou l’intention de nuire) résultant de l’utilisation des armes.

Intention (5)

Utilisation de toute arme contre des cibles vivantes, des biens publics ou privés. et toute utilisation dans le voisinage général de cibles vivantes, de propriétés publiques ou privées, destinées explicitement à causer des blessures physiques ou des dommages à la propriété (que des blessures soient ou non subies).

 

CHARGES CRIMINELLES

Les infractions liées aux armes et au matériel sont rarement déposées seules. Ils sont généralement soumis avec d'autres. des accusations criminelles plus graves. Cela ne veut pas dire, cependant. qu'ils ne sont jamais classés indépendamment. Les agents de la force publique n'hésiteront pas à prendre le temps de mettre en accusation un individu armé d'un canon d'assaut.

Vous trouverez ci-dessous une liste de plusieurs des accusations criminelles. D'autres accusations existent, mais ce sont les plus courantes.

Incendiaire Mise intentionnelle de feu dans un bâtiment ou une propriété.
Agression Toute menace pour causer des dommages physiques ou tentative infructueuse de le faire.
Agression physique Le fait de frapper ou toucher illégalement une autre personne, directement ou avec un objet.
Extorsion Utilisation de menaces ou de violence pour acquérir des biens, de l'argent ou des services.
Séquestration forcée L'acte de retenir une personne enfermée contre son gré en dehors de toute autorité légale en usant de violence, de ruse ou de la menace.
Fraude Toute utilisation de tromperie intentionnelle pour amener une personne à abandonner un bien ou un droit légal.
Entrée illégale Toute intrusion dans la propriété, sans accès légitime, déclarée ou clandestine (inclut la moindre accusation d'intrusion),
Enlèvement Recourir à la force ou à la fraude pour saisir, retenir ou emmener un individu contre sa volonté.
Vol Vol: enlèvement illégal de biens d 'un tiers sans consentement et dans l' intention de le priver. le larcin peut être divisé en deux catégories: petit (1 000 ans ou moins) et grand (plus de 1 000 ans).
Meurtre 1 Meurtre au premier degré. Une accusation de meurtre avec préméditation est difficile à prouver et est donc rarement déposée. Pour être accusé de meurtre 1. il faut prouver que le suspect avait planifié et conspiré pour tuer sa victime.
Meurtre 2 Homicide. Le meurtre au deuxième degré est l'accusation portée lorsque l'intention directe de tuer est prouvable, mais qu'il est impossible de prouver la préméditation. Par exemple. si un client du bar se met soudainement en colère. sort un pistolet et tire sur l'homme qui se couche à côté de lui; l'accusation est un homicide. l'intention de tuer est évidente, mais il n'y a aucune indication de préméditation.
Meurtre 3 Homicide involontaire. Toute action entraînant la mort accidentelle d’un individu. Dans les cas où la mort survient mais que l'intention de tuer n'est pas prouvable, l'accusation tombe généralement dans l'homicide involontaire.
Négligence La négligence est le défaut d'exercer une quantité raisonnable de soin. entraînant la blessure ou la mort d'un autre.
Rappe Tout acte sexuel forcé. Viol légal, viol. Viola don d'un mineur.
Mise en danger imprudente Toute action, intentionnelle ou accidentelle, dans laquelle une blessure ou la mort est évitée uniquement par Juck.
Sollicitation L'acte de tenter ou d'inciter une autre personne à commettre un acte répréhensible,
Trafic L'achat ou la vente de biens illégaux ou limités.
Trahison Tout acte entraînant la trahison de l'allégeance, y compris la levée de la guerre, l'adhésion de l'ennemi et sa provocation avec aide et réconfort. "
Vandalisme La destruction malveillante ou ignorante et volontaire de biens.
Frais réduits Dans certains cas, l'accusation pénale peut être tempérée par des événements ou par la négociation de plaidoyers, auquel cas l'accusation peut être modifiée par les conditions suivantes.
Accessoire L'accusation accessoire s'applique dans les cas où l'individu ne participe pas directement à la commission d'un crime, mais peut avoir aidé les auteurs.
Conspiration Le complot implique des individus agissant ou planifiant ensemble dans un but illégal (par exemple, le complot en vue de commettre une fraude, le complot en vue de commettre un meurtre, etc.).

JURIDICTION

Les frontières qui séparent la compétence juridique de divers organes de poursuite ont estompé quelque peu leur établissement initial il y a plus de 275 ans. Les crimes d’aujourd’hui relèvent généralement de trois catégories: fédérale, d’entreprise et locale.

Les organismes fédéraux chargés de l'application de la loi détiennent généralement le plus grand pouvoir et sont les plus libres de l'exercer. Dans la plupart des pays, la compétence fédérale est couverte par la criminalité informatique, les lois du Congrès, le matériel et les équipements contrôlés ou à accès restreint, le crime d'entreprise, les crimes commis sous contrôle fédéral. zones, crimes traversant les frontières de l'Etat. crimes impliquant des ressortissants étrangers ,. crimes impliquant des bureaux gouvernementaux, enlèvements, terrorisme et trahison.

Lorsque les mégacorporations multinationales se sont vu octroyer un statut extraterritorial partiel en 2001, plusieurs lois ont été modifiées pour donner à ces nouvelles "micro-nations "une mesure de semi-indépendance. Les méga-corporations n’ont pas le même spectre de pouvoir que les agences fédérales, mais leur la compétence juridique s'étend au-delà des frontières nationales. La compétence en matière de droit des sociétés s'étend aux infractions impliquant le corps de l'entreprise et aux infractions en ce qui concerne les actifs de l'entreprise ou ses employés.

La juridiction au niveau local est la plus vague. Par exemple, bien que les services répressifs locaux puissent avoir une brigade des députés, l'application des substances contrôlées relève techniquement de la compétence du gouvernement fédéral. En gros, les forces de l'ordre locales gèrent la plupart des infractions pénales mineures et tentent de maintenir la paix. Les crimes majeurs impliquant des opérations à grande échelle et des équipements à accès restreint sont généralement traités en coopération avec les autorités fédérales ou sont tout simplement remis aux agences fédérales. Les villes dotées de forces de police en sous-traitance sous-traitent généralement à des entreprises de sécurité agréées pour des services essentiels. En pareil cas, les employés des sociétés de sécurité sont considérés comme des officiers de la loi suppléants pour la durée du contrat.

Le système actuel de juridiction juridictionnelle à trois niveaux pose plusieurs problèmes, le plus évident étant le statut extraterritorial partiel des méga-sociétés. Dans l'enceinte même de la société. les lois de la mégacorporation sont primordiales. tant qu'aucun crime n'est commis sur ou contre un organisme fédéral. Par exemple, dans le complexe Ares Weapons, le port d’une arme militaire n’est pas une infraction, même si l’UCAS considère cette possession comme un crime. La possession est totalement légale en vertu du code juridique basé sur Ares · employé / poste tant que l'arme n'est pas utilisée pour commettre un crime contre un organisme fédéral ou un représentant, par exemple, tirer sur un agent du FBI.

Bien que cette distinction dans Jurisdictional soit relativement simple au sein du complexe d’entreprise. La compétence devient une situation risquée en dehors de ces limites. C’est la raison pour laquelle les résultats de la confrontation avec les responsables de l’application des lois varieront dans le même secteur, selon le service chargé de l’application des lois. par exemple, le "citoyen" Ares susmentionné, s'il était arrêté par un membre de Knight Errant, le bras chargé de l'application de la loi Ares, ne ferait que lui faire signe de suivre son chemin. En revanche, un officier de l’UCAS ou même un officier de Seattle l’aurait derrière les barreaux dès que possible. Là encore, l'inverse pourrait se produire si le responsable de l'application de la loi venait de Lone Star. Ce chevauchement juridictionnel devient encore plus compliqué lorsque plusieurs entreprises ont des activités majeures dans la même zone (comme dans la plupart des centres métropolitains). En règle générale, les autorités fédérales exercent la plus grande influence dans ces "zones tampons", les autorités locales arrivant en seconde position (dans de nombreux cas, les autorités locales sont les autorités de l'entreprise, en particulier dans les dortoirs.} Cependant, ce n'est pas inconnu. pour les grandes entreprises, faire pression pour la libération de leurs "citoyens" ou pour extradition / déportation si cela leur est bénéfique.

Condamnation et peine

Les peines et les peines varient aux niveaux local et fédéral (la justice d'entreprise est généralement condamnée conformément à la jurisprudence locale).

Les agences fédérales vont généralement poursuivre les armes à feu. blessures et décès seulement si le crime a été commis en relation avec un autre crime relevant de la compétence fédérale. Toutefois. les infractions relatives aux armes pour possession et transport ne sont presque jamais poursuivies au niveau fédéral.

La liste suivante des amendes et des peines d’emprisonnement est l’appel judiciaire typique. Les circonstances atténuantes peuvent réduire ou augmenter les peines (p. Ex. Récidive pour la première fois ou récidive). comme pourrait plaider-négociant.

Sauf indication contraire, la plupart des peines incluent la possibilité d'une libération conditionnelle après que le délinquant a purgé au moins 30% de la peine d'emprisonnement. Si la libération conditionnelle est accordée, l'individu doit rester en liberté conditionnelle pendant au moins 20% de sa peine totale.

 

 Possession

Transport 

 Menace

 Utilisation

 Intention

Catégorie A: Arme à petites lames

100 $

500 $

1 000 $

2 000 $ / 2 mois

5 000 $ / 6 mois

Catégorie B: Arme à grandes lames

200 $

800 $

2 000 $

5 000 $ / 4 mois

10 000 $ / 8 mois

Catégorie C: Arme contondante

150 $

650 $

1 500 $

3 000 $ / 3 mois

7 000 $ / 8 mois

Catégorie D: Arme de projectile

300 $

1 000 $

2 000 $

3 000 $ / 4 mois

5 000 $ / 8 mois

Catégorie l: Pistolet

500 $

1 500 $

5 000 $

10 000 $ / 1 an

10 000 $ / 2 ans

Catégorie f: Fusil

1 000 $

3 000 $

8 000 $

8 000 $ / 18 mois

8 000 $ / 3 ans

Catégorie G: Arme automatique

5 000 $

10 000 $

10 000 $ / 6 mois

10 000 $ / 2 ans

10 000 $ / 4 ans

Catégorie H: Arme lourde

10 000 $

20 000 $

20 000 $ / 1 ans

20 000 $ / 4 ans

20 000 $ / 10 ans

Catégorie I: Explosifs

10 000 $

40 000 $

40 000 $ / 1 an

40 000 $ / 4 ans

40 000 $ / 10 ans

Catégorie J: Arme militaire

10 000 $ / 6 mois

10 000 $ / 1 an

10 000 $ / 2 ans

10 000 $ / 8 ans

10 000 $ / 20ans

Catégorie K: Armure militaire 1 200 $        
Catégorie L: munitions militaires 3 000 $        
Bioware de classe A (BA) 4 000 $        
Bioware de classe B (BB) 12 000 $        
Classe C Bioware (C.-B.) 12 000 $ / 3 ans        
Classe CA: Classe A Cyberware 5 000 $ / 3 ans        
Catégorie CB: Cyberware de classe B 15 000 $        
Catégorie CC: Cyberware de classe C 15 000 $ / 3 ans        
Catégorie CD: Technologie Matrlx de classe D 8 000 $ / 2 ans        
Catégorie E1: Équipement de classe A 2 000 $        
Catégorie E2: Équipement de classe B 4 000 $        
Catégorie E3: Équipement de classe C 8 000 $ / 2 ans        
Catégorie M1: Classe A contrôlée 500 $ / 1 mois        
Catégorie M2: Classe B contrôlée 2 000 $ / 1 mois        
Catégorie M3: Classe C Contrôlée fédérale          

 

Incendiaire 5 000 Y /1 an
Menace 2 000 Y /1 an
Menace Physique 2 500 Y /1 an
Extorsion 2-3 ans
Détention forcée 2-5 ans
Fraude 2-5 ans
Entrée illégale 1-5 ans
Enlèvement 5-10 ans
Larcin petit 2-5 ans
Larcin grand 2-10 ans
Meurtre 1 30 ans à vie
Meurtre 2 10 ans à vie
Meurtre 3 2-5 ans
Négligence 1-5 ans
Viol 2-5 ans
Statue de viol 2-10 ans
Mise en danger imprudente 5 000 Y / 1 an
Sollicitation 2 000 Y
Trafficking 25 000 / 2-5 ans
Trahison 10 ans - à vie
Vandalisme 2 000 Y
   
Accessoire 20% normal
Complot 50% normal


«Certaines juridictions maintiennent la peine de mort pour le meurtre un. Seattle ne le fait pas.

 


lt is without doubt that the rapid proliferation of high-tech hardware has created a major potential for misuse of such equipment and technology. To reduce the potential for misuse and to minimize the fallout in ail other situations, laws have been enacted restricting the availability and governing the control and development of sensitive technology.

Laws, and the regulated enforcement of laws, are necessary to promote a strong and stable society. Only a strong and stable society, however. can hope to maintain a fair and Judicious legal system in any form. Although the legal frame• work for governing technological proliferation exists in many areas of the world. several governments have suffered (and some still do) from economic, political, and biological turmoil. Recovery is slow and incomplete in man y communities, making it difficult to Impose consistent Legal restrictions on anythings, it is not unheard of for laws and the level of enforcement to differ slightly from county to county. or even from sector to sector within the same city.

Availability

The first way a government can place a check and balance on technological proliferation is to place restrictions on who may manufacture. self, and possess such equipment. The Shadowrun rules reflect this restriction by assigning an Availability Code to each piece of equipment.

Availability is a two·part rating, representing a combination of several factors, all of them relating to how difficult it is to obtain the item. The first number in the code is an index of the items raw availability-the higher the number, the harder it is to find the equipment.

Any time a character wishes to purchase restricted or hightech goods, he must first locate a source and then make a Success Test against an appropriate Social Skill such as Bribery. Etiquette, Negotiation, and so on. The exact skill used depends on the situation, with the first number of the Availability Code as the Target Number. The second part of the Availability Code represents the base time it takes for the character to actually get the Item lento his possession. If the character attempting the purchase makes a successful Social Skill Success Test. he may apply any extra successes to reduce the base time for acquisition. for instance, a character witch Negotiation 4 wants to purchase an item with an Availability Code of 5/10 days. His soclal Skill Test yields two successes, wich indicates chat his source has located the item, but will need five days to get it in stock.

Permits for possession and transport can be obtained in a similar manner for any items that recquire them. that is, If the individual can justify his need for such a license. A “P” in the Availability Code indicates that a permit for the object is obtainable (c.g., 4P/6 hours). To represent the inherent difficulties involved in obtaining permits for restricted equipment, add +2 to the Availability Target Number when making the necessary Success Test for purchasing permits. That is, if the item code is 4P/I week, use a Target Number 6 to calculate permit availability and a Target Number 4 to calculate the availability of the item itself. Unless otherwise noted, the price for most permits is usualy 5 percent of the sale price of the item for permission to possess, and 10 percent of the sale price for permission to possess and transport (in both cases. round up to the nearest nuyen).

purchase of restricted Items through legitimate channels usually requires the presentation of a valid license or permit. Without a permit. the only source for restricted equipment is the street or the shadow market. lt is possible to obtain permits through street channels (albeit at the higher street prices).

Pennies are annual and renewable (If renewal can be Justified) without need for an Availability Test if the permit fee is paid before the expiration of the initial license. in many cases, government agencies, certain government licensees, and registered security and laws enforcement agencies are exempt from the need to purchase permits. They must, however, present their credentials whenever asked to do so. Items that are fully legal do not require a permit. though registered agencies may acquire licenses for equipment for which no standard license is available.

Items are generally easier to get on the street and from the gray market. When purchasing from such sources. apply the Street Index multiple. but subtract -2 from the Availability Code. Spending extra money may further reduce the difficulty of acquisition and the required waiting time. For every additional +25 percent of the purchase price (i.e., price alter factoring in the Street Index) spent, reduce the Availability Target Number by -1 (but never less than a Target Number 2) and reduce the required time by-20 percent (this reduction is made before the actual Availability Test).

Availability tests are only made if the source is willing to carry or fence the requested item. Most fixers and street sources will shy away from items whose Availability Code is too high or that are blatantly and grossly illegal (e.g .. bacterial weapons. tactical military weapons. and so on).

LEGALITY

The abrupt introduction of new technologies has spurred recent changes and ratifications to the existing legal structure relating to equipment and unlawful behavior. These changes generally expand the list of items considered restricted access and revise the list of resulting fines and jail terms.

To summarize the legal ramifications of being found guilty of possession of a restricted item, Shadowrun uses the Legality Rating. The Legality Rating is a two-part code. The first number represents the severity of restriction: the lower the number. the higher the level of restriction. In any casual encounter with law enforcement officials or with security personnel empowered to act as law enforcement officials, use this number as a Target Number against the officer's Security or Police Procedures Skill, (in any pursuit encounter. it is assumed that the officers will automatically consider the offenders to be dangerous unless otherwise motivated or informed.) in most cases, this test is only necessary if the attending officer either suspects the presence of restricted items or visually recognizes/identifies restricted Items (the officer must make a Perception Test if the Items are concealed). If the Security or police Procedures Success Test fails, the officer does not notice any improprieties. With one success, the officer is aware of the situation, but will not make the effort to arrest the offender (although he will probably issue a warning). Any additional successes indicate that the officer will press the issue, i.e., ask the individual to present a permit (if one is available) or attempt to arrest him. Severity of restriction is flexible and very relative, fluctuating from sector to sector. depending on the level of enforcement. In low-enforcement areas, the Restriction Target Number may be increased by up to +3 (almost everyone looks the other way). Conversely, in highly enforced areas, the target Number may drop by as much as -3 (but never less than a Target Number 2).

The second part of the Legality Rating lists the restriction category under which the object falls (see below for more details).

Generally, the Legality Rating refers to the normal Seattle/ UCAS standard. Some variation in the item's legality may exist among the various multinational. extraterritorial megacorporations. What is illegal in UCAS may simply be controlled at Mitsuhama. See Jurisdiction. page 106. for more information.

Restricted ITEMS

Ali restricted items are divided into categories representing similar types of items. Each category is represented by a letter code. Following is a list of categories and examples of Items included in each.

Category A: Small bladed Weapon

This includes any sharp-edged, hand-held weapon (including Impromptu weapons) with a cutting edge under 18 centimeters long.

Category B: Large bladed Weapon

This includes any sharp-edged, hand-held weapon (indud ing Impromptu weapons) with a cutting edge more than 18 centimeters long. This category also includes axes. pole arms, and cybernetic blade weapons (hand razors and spurs). Permits for weapons in this category cost 100Y for possession. 250Y for transport.

Category C: Blunt Weapon

This includes any non-edged hand-held weapon (including impromptu weapons). This category includes clubs. barons. and ail shock weapons (shock gloves and shock batons).

Category D: Projectile Weapon

This includes any weapon specifically designed for throwing. and any muscle-powered or mechanically powered ranged weapon(spears. bows,and crossbows). Permits for weapons of this category cost 125$ for possession, 300$ for transport.

Category l: Pistol

This includes any revolver or semi-automatic pistol, regardless of caliber. Permits for weapons of this category cost 200$ for possession 600$ for transport.

Category f: Rifle

This includes any single-action rifle or manual-action shotgun (regardless of barrel length). Permits for weapons of 1his category cost 300Y for possession, 600Y for transport.

Category G: Automatic Weapon

This includes any weapon whose rate of fire exceeds one per pull (includes all assault rifles. machine pistols. and sub-machine guns). Special licenses are available to legitimate, registered security and law-enforcement agencies.

Category H: Heavy Weapon

This includes all cannons, machine guns. and other heavy caliber weapons, Special licenses are available to legitimate, registered .security and law-enforcement agencies.

Category I: Explosives

This includes all explosives, including propelled (HE rounds) or demolition charges. Special licenses are available to legitimate, registered .security and law-enforcement agencies.

Category J: Military Weapon

This includes any military-graded/issued weapon, not specifically covered by other categories. Special licenses are available to legitimate, registered .security and law-enforcement agencies.

Category K: Military Armor

This includes any armor (whether partial or full} intended for law enforcement. Military, or security work. Special licenses are available to legitimate, registered .security and law-enforcement agencies.

Category L: Military Ammunition

This includes any .Special-purpose ammunition (APDS, FL, and such} designated for law enforcement, military, or security use. Special licenses are available to legitimate, registered .security and law-enforcement agencies.

Class A Bioware (BA)

This includes all bioware of a paralegal nature. including damage compensators. Orthoskin, pain editors, and trauma damper. Permits are available (only possession required).

Class B Bioware (BB)

This includes all bioware designated for law enforcement. military, or security work. This includes adrenal pump, muscle augmentation, suprathyroids, synaptic accelerators, and toxin exhalers. Permits are available (only possession required, but cost is 10 percent of sale price),

Class C Bioware (BC)

This includes all military-grade bioware. including adrenal pump-2, muscle augmentation-3 (and higher), and synaptic accelerator-2, Special licenses are available to legitimate, registered .security and law-enforcement agencies.

Class CA: Class A Cyberware

This includes all cyberware of a paralegal nature. This includes bone ladig (plastic), crypto circuit HD, dermal plating, internal voice masks. smartgun links. and vehicle control rigs, Permits are available (only possession required).


Category CB: Class B Cyberware

This includes all cyberware designated for law enforcement, military, or security work. This includes bone lacing {aluminum). boosted reflexes, muscle replacement. program carrier, scramble breaker HD, Level 1 tactical computer, and wired reflexes. Permits are available (only possession required but cost 10 percent of sale price).

Category CC: Class C Cyberware

This covers all military-grade cyberware, including bone lacing (titaniurn), cortex bombs. cranial cyberdecks, cyberweapons, level 3 muscle replacement (and higher), level 2 tactical computer (and higher), and Level 3 wired reflexes. Special licenses are available to legitimate, registered security and law-enforcement agencies.

Category CD: Class D Matrlx Technology

This includes air unregistered cyberdecks and Matrix program software, Special licenses are available to legitimate, registered security and law-enforcement agencies.

Category E1: Class A Equipment

This includes all equipment of a paralegal nature, including jammers and laser microphones. Permits are available (only possession required).

Category E2: Class B Equipment

This covers an equipment designated for law enforcement. Military, or security work, including data codebreaker, dataline taps, maglock passkeys, and voice identifiers. Permits are available (only possession required, but cost is 10 percent of sale price).

Category E3: Class C Equipment

This includes all military-grade equipment. Special licenses are available to legitimate, registered security and law-enforcement agencies.

Category M1: Class A Controlled

This includes controlled chemicals and pharmaceuticals.

Category M2: Class B Controlled

This includes controlled neural electronics (BTLs and hyper­slm).

Category M3: Class C Controlled

This includes microbiological-warfare agents.

 

CRIMINAL OFFENSES

Weapons and equipment-related offenses vary from simple possession to use with intent. These offenses carry a number rating, When an individual is charged with a weapons/equipment offense, the code used to designate the offense is the weapon classification followed by the weapon offense number. For example, use of an assault rifle would be a G4 offense. Weapon/equipment offenses are listed below.

Possession (1)

The owning or carrying of equipment or weapons designated as restricted access.

Transport (2)

The act of carrying or transporting said Items, ether on one's person or in a vehicle.

Threat (3)

The act of brandishing a weapon in public, regardless of whether the weapon is used intentionally to threaten (carrying an externally visible weapon. such as a gun stuck through a belt, is considered a threat).

Use (4)

Use of any weapon against living targets, public or private property, and any use in the general vicinity of living targets, public or private property. This offense is concerned only with actual usage, not any harm (or intent to harm) resulting from the weapons use.

Intent (5)

Use of any weapon against living targets, public or private property. and any usage in the general vicinity of living targets, public or private property intended explicitly to cause physical injury or property damage (regardless of whether injury or damage actually occurred).

CRIMINAL CHARGES

Weapon and equipment-related offenses are rarely filed alone. They are usually submitted along with other. more serious criminal charges. This ts not to say, however. that they are never filed independently. Law enforcement officers will not hesitate to take the time to charge an individual armed with an assault cannon.

Following is a list of some of the var1ous criminal charges. Other charges do exist, but these are the most common.

Anon

The intentional settling on fire of a building or property.

Assault

Any threat to cause physical harm or an unsuccessful attempt to do so.

Battery

Any illegal beating or touching of another person, either directly or with an object.

Extortion

The use of threats or violence to acquire goods, money, or services.

Forcible Confinement

The lmpr1sonment or restraint of an individual against his will.

Fraud

Any use of intentional deception to cause a person to give up property or some legal right.

Illegal Entry

Any intrusion into property, without rightful access, whether overt or clandestine (includes the lesser charge of trespassing),

Kidnapping

Using force or fraud to seize and hold or carry off an individual against his will.

Larceny

Theft: the unlawful taking away of another' s property without consent, and with the intention of depriving him of it. larceny may be broken down into two categories: petty (1 000Y or less), and grand (more than 1,000Y).

Murder 1

First-degree murder. A charge of premeditated murder is difficult to prove, and is thus rarely filed. To be charged with Murder 1. it must be proved that the suspect planned and conspired to kill his victim.

Murder 2

Homicide. Second-degree murder is the charge filed when direct intent to kill is provable, but when it is not possible to prove premeditation. For example. if a bar patron suddenly gets angry. pulls out a gun and shoots the man slotting next to him, the charge is homicide. intent to kill is obvious, but there 1s no indication of premeditation.

Murder 3

Manslaughter. Any action that results in the accidental death of an individual. In cases where death occurs but the intent to kill is not provable, the charge usually drops to manslaughter.

Negligence

Negligence is the failure to exercise a reasonable amount of care. resulting in the injury or death of another.

Rape

Any forced act of sexual intercourse. Statutory rape Jn .. volves viola don of a minor.

Reckless endangerment

Any action, deliberate or accidental, where injury or death is averted only by sheer Juck.

Solicitation

The act of tempting or enticing another individual into wrongdoing,

Trafficking

The buying or selling of illegal or restricted goods.

Treason

Any act that results in the betrayal of allegiance, including the levying of war, adhering ro the enemy, and provoking the enemy with aid and ·comfort."

Vandalism

The malicious or ignorant, willful destruction of property.

REDUCED CHARGES

In some cases, the criminal charge may be tempered by events or plea-bargaining, in which case the charge may be altered by the following conditions.

Accessory

The accessory charge applies in any case where the individual may not be directly involved in the commission of a crime, but may have given aid to the perpetrators.

Conspiracy

Conspiracy involves individuals acting or planning together l'or an unlawful purpose (e.g., conspiracy to commit fraud, conspiracy to commit murder, and so on).

JURISDICTION

The boundaries that separate the legal jurisdiction of various prosecuting bodies has blurred somewhat slain their Initial establishment more than 275 years ago. Crimes today generally fall under three classifications: federal, corporate, and local.

Federal law enforcement agencies tend to hold the greatest power and are the most free to exercise that power, in most countries federal Jurisdiction covers, computer crime, congressional laws, controlled or restricted-access equipment and materials, corporate crime, crimes committed in federally controlled areas, crimes crossing state lines. crimes involving foreign nationals,. crimes involving government offices, kidnapping, terrorism, and treason.

When the multinational megacorporations were granted partial extraterritorial status tn 2001 , several laws were altered to give these new '"micro-nations· a measure of semi-independence. The megacorporadons do not have the same spectrum of power that federal agencies enjoy, but their legal reach does stretch beyond national borders. Corporate jurisdiction covers crimes involving the corporate body and crimes involving corporate assets or employees. Punishment for violation of corporate laws is wholly the responsibility of the governing corporate board of directors, and thus varies from company to company,

Jurisdiction on the local level is the most vague. For instance, although a local law enforcement department may have a vice squad, the enforcement of controlled substances technically falls under federal jurisdiction. Basically, local law enforcement handles most minor criminal infractions and attempts to keep the peace. Major crimes involving large-scale operations and restricted-access equipment are usually tackled in cooperation with federal authorities or simply handed over to the federal agencies outright. Cities with understaffed police forces usually subcontract out to licensed security companies for essential services. In such cases, employees of the security companies are considered deputized officers of the law for the term of the contract.

Several problems exist within the current three-tiered system of legal jurisdiction, the most obvious being the partial extrateritorial status of megacorporations. Within the actual grounds of a corporation's compound. the laws of the megacorporation are paramount. as long as no crime is committed on or against a federal body. For example, within the Ares Weapons complex it would be no offense to carry a military weapon, even though UCAS considers such possession a crime. Possession is completely legal under Ares· employee/position based legal code as long as the weapon is not used to commit a crime against a federal body or representative, e.g., shooting an FBI agent.

Although this distinction in Jurisdictional is relatively straightforward within the corporate complex. Jurisdictional becomes a dicey situation outside those bounds. That is why the results of confrontation with law enforcement officials will vary within the same sector, depending on whose law enforcement department is encountered. for example, the above Ares "citizen," if stopped by a member of Knight Errant, the Ares enforcement arm, would just be motioned on his way. A UCAS officer or even a Seattle officer, on the other hand, would have him behind bars as soon as possible. Then again, the reverse might occur If the law enforcement official were from Lone Star. This Jurisdictional overlap becomes even more complicated when several companies have major operations within the same area (as happens in most metropolitan centers). Generally, the federal authorities exercise the greatest amount of influence in these "buffer . zones,·with local authorities coming a dose second. (in many Instances local authorities are the corporate authorities, especially in dormitory communities.} However. it is not unknown for megacorporations to press for release of their "'citizens" or to flic for extradition/deportation if it is to their benefit.

Sentencing AND PUNISHMENT

Sentencing and punishment vary on the local and federal levels (corporate justice is usually sentenced according to local jurisprudence).

Federal agencies will generally prosecute weapon. injury, and death offenses only if the crime occurred in connection with another crime falling under federal Jurisdiction. Even so. weapons offenses for possession and transport are almost never pursued on a federal level.

The following list of fines and imprisonment terms are the typical Judicial call. Mitigating circumstances may reduce or increase sentences (e.g .. first-time offense versus repeat offender). as might plea-bargainer.

Unless otherwise noted, most sentences include the potential for parole after the offender has served at least 30 percent of the prison term. If parole is granted, the individual must remain on parole for at least another 20 percent of his total sentence.

 

 

Amende et peines à SEATTLE

 

1

2

3

4

5

 

possession

transport

menace

utilisation

intent

Category A: Small bladed Weapon

100 Y

500 Y

1 000 Y

2 000 Y/2 mois

5 000 Y/6 mois

Category B: Large bladed Weapon

200 Y

800 Y

2 000 Y

5 000 Y/4 mois

10 000 Y/8 mois

Category C: Blunt Weapon

150 Y

650 Y

1 500 Y

3 000 Y/3mois

7 000 Y/8 mois

Category D: Projectile Weapon

300 Y

1 000 Y

2 000 Y

3 000 Y/4 mois

5 000 Y/8 mois

Category l: Pistol

500 Y

1 500 Y

5 000 Y

10 000 Y/1 an

10 000 Y/2 ans

Category f: Rifle

1 000 Y

3 000 Y

8 000 Y

8 000 Y/18 mois

8 000 Y/3 ans

Category G: Automatic Weapon

5 000 Y

10 000 Y

10 000 Y/6 mois

10 000 Y/2 ans

10 000 Y/4ans

Category H: Heavy Weapon

10 000 Y

20 000 Y

20 000 Y/1 an

20 000 Y/4 ans

20 000 Y/10ans

Category I: Explosives

10 000 Y

40 000 Y

40 000 Y/1 an

40 000 Y/4 ans

40 000 Y/10ans

Category J: Military Weapon

10 000 Y/6 mois

10 000 Y/1 an

10 000 Y/2 ans

10 000 Y/8 ans

10 000 Y/20ans

Category K: Military Armor

1 200 Y

 

 

 

 

Category L: Military Ammunition

3 000 Y

 

 

 

 

Class A Bioware (BA)

4 000 Y

 

 

 

 

Class B Bioware (BB)

12 000 Y

 

 

 

 

Class C Bioware (BC)

12 000 Y/3 ans

 

 

 

 

Class CA: Class A Cyberware

5 000 Y/3 ans

 

 

 

 

Category CB: Class B Cyberware

15 000 Y

 

 

 

 

Category CC: Class C Cyberware

15 000 Y/3 ans

 

 

 

 

Category CD: Class D Matrlx Technology

8 000 Y/2 ans

 

 

 

 

Category E1: Class A Equipment

2 000 Y

 

 

 

 

Category E2: Class B Equipment

4 000 Y

 

 

 

 

Category E3: Class C Equipment

8 000 Y/2 ans

 

 

 

 

Category M1: Class A Controlled

500 Y/1 mois

 

 

 

 

Category M2: Class B Controlled

2 000 Y/1 mois

 

 

 

 

Category M3: Class C Controlled

federal

 

 

 

 

 

Anon 5000/1 an

Assault 2000/1 an

Battery 2500/1 an

Extorsion 2-3 ans

Forcible Confinement 2-5 ans

Fraud 2-5 ans

Illegal Entry 1-5 ans

Kidnapping 5-10 ans

Larceny pretty 2-5 ans

Larceny grand 2-10 ans

Murder 1 30 ans- à vie (pas sur parole)

Murder 2 10 ans- à vie

Murder 3 2-5 ans

Negligence 1-5 ans

Rape 2-5 ans

Rape statuotory 2-10 ans

Reckless endangerment 5000/1ans

Solicitation 2000

Trafficking 25000/2-5 ans

Treason 10 ans – à vie

Vandalism 2000

 

Accessory 20% normal

Conspiracy 50% normal

'Some jurisdictions maintain the Death Penalty for Murder One. Seattle does not.