Anima

animaAnima est un système de jeu de rôles développé en parallèle par des auteurs japonais et européens, qui tente d'unir le style de jeu de ces deux cultures pour créer une nouvelle et rafraîchissante expérience de jeu. L'ambiance d'Anima s'inspire d'éléments de sagas fantastiques orientales bien connues, tout en se basant sur un fond totalement original.

Pour ma part je regrette la lourdeur des règles, par contre elles ont tendance à être logique et tout prendre en compte (le nouveau rolemaster :) )... Pour jouer il ne faut pas oublier sa calculatrice car calculer les marges sur des jets en opposition au d100 vers 1h00 du matin ça devient dur.

 (attaque à 75% + d100 27% + surélevé 10% contre parade 55% + d100 36 + vent dans le dos 15% = euh 75+27+10 - 55-36-15.... soit euh 14% donc avec mon épée qui fait 90 fois la marge à 14%, re re euh alors 12 de dégât et donc l'armure qui retire 10 .... 2 de dégât :/). Quand je vous dis que c'est quand même lourd.

Cela reste tout de même un univers intéressant par ce mélange de fantastique asiatique et européen et avec des règles qui prennent en compte un maximum de chose.

 

 

 

On constate que les désavantages à 2 points sont rédhibitoire, c’est à dire condamne à plus ou moins à court terme le personnage, tel que Grave maladie « le personnage est supposé décéder des suites de la maladie » ou Maudit «  condamné à perdre tout ce qu'il possède...ou qui mourra inévitablement le jour où il ôtera une vie  ». Donc pour rester dans cette logique un désavantage à 2 points doit être mortelle pour le personnage.

Dans Anima l'apparence est une caractéristique qui est déterminée au bon vouloir du joueur et du maitre, pour coller à un background par exemple, ou par un tirage aléatoire de 1D10.

Or il existe pourtant un avantage qui permet d'avoir une apparence de 10 et un défaut pour ceux qui impose une apparence de 1. Donc cette avantage, ou ce désavantage, peut être obtenus selon les règles aléatoirement, qu'on les ait prit ou non.

Voici une carte de Gaïa faite à la main. Par la même occasion avec une échelle un peu plus cohérente que celle des livres. En effet l'échelle semble devoir être divisé par deux pour une disposition à l'échelle de la terre du continent de Gaïa.